Comment calculer les créances ?

calculer les créances

Avoir le maximum de clients est l’un des objectifs d’une entreprise. Dans ce cas, il faut faire tous les moyens pour les convaincre de consommer vos produits ou services. En plus, on dit toujours qu’ils sont rois. La facilité de payement fait partie des techniques pour les fidéliser. D’ailleurs, si l’établissement se rend compte de la solvabilité d’un de ses clients, il n’hésite pas à lui offrir l’occasion de régler à crédit leur achat. Mais, comment calculer les créances clients ?

Qu’est-ce que la créance client ?

Il s’agit d’une dette que le client doit acquitter dans une durée prédéterminée dans une facture. En effet, l’entreprise doit accepter les payements à crédit. Cela permet d’avoir le maximum de clients et de les laisser le temps de faire tourner la marchandise ou le service consommé. Ainsi, la créance est donc une somme qui n’a pas été réglée au moment de la facturation. Cependant, elle doit être libérée avant une date d’échéance précisée d’avance. Cette opportunité est offerte par une entreprise à des personnes physiques ou morales pour la vente de services ou de marchandises. Néanmoins, toutes les factures impayées ne sont pas obligatoirement comptabilisées en tant que créances. En fait, lorsque le règlement de compte dépasse la date d’échéance prévue à la facturation, le client doit subir des pénalités de retard. Cette date butoir est fixée généralement entre 30 et 60 jours après la date de la constitution de la facture. Pour savoir plus d’information sur le calcul des créances, veuillez visiter rubypayeur.com.

Quels effets provoquent les créances clients pour l’entreprise ?

L’ultime problème d’une entreprise surtout les PME et les TPE et le manque de trésorerie. Dans ce cas, les créances font donc partie des désavantages que l’établissement doit faire face. Effectivement, il y a donc prestation de service ou sortie de stock, mais sans rémunération à l’instant. Cette durée la signature de la facture et la date d’échéance constitue donc un risque pour l’entreprise. À vrai dire, on n’est pas sûr à 100 % de recevoir le payement à la date butoir. L’entreprise doit donc constituer de la provision pour compenser les éventuels retards de règlement de compte. Cependant, les factures peuvent servir de pièce justificative de retard de libération d’amortissement à la banque. Vous pouvez même demander un crédit avec ce document. Néanmoins, il ne s’agit pas de bonne stratégie puisque le risque d’impayés est grand. En outre, l’effet positif des créances sur l’entreprise est que ses produits ou services sont en rotation et il n’y a pas de risque de surproduction. Cela permet aussi à l’établissement de fidéliser ses clients voire même de trouver de nouvelle clientèle. Ainsi, les créances représentent des avantages, mais possèdent des risques.

Comment calculer les créances clients ?

Le calcul des créances clients fait partie de la comptabilité du coup, il faut avoir quelques notions comptables pour le faire. D’abord, il faut connaitre le BFR ou le Besoin en Fonds de Roulement. Il représente le montant nécessaire pour le fonctionnement de l’entreprise. Il sert donc à rémunérer les employés ou à financer la production des biens à vendre. Comme les créances font parties des actifs immobilisés, ils diminuent le BFR. Dans ce cas, ils réduisent la production de l’entreprise. En conséquence, les produits finis destinés à la vente baissent. Sur un document comptable, on considère les créances comme acquises. Ils figurent dans le compte 411. Pour créditer le compte 70, ils seront débités à la date de l’exécution du service ou de livraison du bien. Lorsque la date d’échéance est passée, le client solvable passe en client douteux. Alors, le compte 416 est débité en créditant le compte 411. Au moment de la libération des créances, le compte de trésorerie est crédité en débitant le compte 416.