Risques professionnels au travail : quels moyens de prévention ?

sécurité et conditions de travail.

Vous pensez peut-être que travailler dans un bureau climatisé et confortable est sécuritaire et sans danger, mais il y a de nombreux risques pour votre sécurité et votre santé autour de vous. De nombreuses études rapportent des dizaines de milliers de blessures ou de problèmes de santé liés au travail que les employés subissent chaque année. Selon ces dernières, les voyages et les glissades sont les accidents les plus fréquents au travail et sont la cause du plus grand nombre de blessures. Parmi les autres dangers au bureau, on cite les foulures, les entorses, la mauvaise ergonomie des postes de travail, la mauvaise qualité de l’air intérieur, le bruit, l’éclairage excessif ou insuffisant, les actes de violence aléatoire, les risques électriques et bien plus encore. Voici donc quelques moyens qui vous permettront d’améliorer la sécurité et conditions de travail.

Améliorez santé et sécurité au travail en limitant les risques liés aux glissades, chutes et voyages

Les coupables universels des glissades, chutes et autres sont généralement les planchers mouillés, les surfaces de travail instables, les tapis non fixés, les planchers inégaux, les endroits encombrés et bien plus encore. Les conditions météorologiques défavorables comme la neige ou la pluie créent aussi des risques de glissade sur les marches extérieures, les aires d’entrée et de sortie, les rampes et des risques intérieurs lorsque les planchers mouillés ne sont pas rapidement nettoyés. Les produits de fonte de la glace et les glissières antidérapantes peuvent diminuer de façon considérable les risques de glissage, de chute et de trébuchement durant les périodes hivernales. Il est donc indispensable de nettoyer le plus vite possible tout déversement et d’afficher des panneaux indiquant les dangers dans les endroits qui sont en train d’être nettoyés ou qui l’ont été récemment, ainsi que dans les endroits sujets à l’accumulation d’eau et aux surfaces mouillées. Les allées des bureaux doivent être dégagées, car les boîtes et autres objets encombrants peuvent créer un risque de trébuchement. Il en est de même pour les câbles électriques et téléphoniques, qui doivent aussi être bien fixés et non tendus dans les allées. Vous trouverez d’autres consignes en contactant le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail chsct.

Limitez les RPS liés à une mauvaise ergonomie

Contrairement à ce que certains peuvent penser, une mauvaise ergonomie peut être à l’origine de sérieux risques psychosociaux, au même titre que les violences verbales et physiques. Les employés passent de nombreuses heures par jour travaillant sur un ordinateur ou assis dans un bureau à signer des documents, ce qui entraîne des tensions ergonomiques et d’autres blessures liées à la posture et aux mouvements répétitifs. Ces types de dangers peuvent être difficiles à détecter. Une variété de chaises ajustables, de bureaux, de claviers et bien plus encore devrait être offerte pour s’adapter à la plus grande variété de styles de travail. De plus, il est important d’expliquer aux employés comment installer et utiliser l’équipement ajustable de façon à ce que le poste de travail soit le mieux adapté à leurs besoins. Il est conseillé de prêter attention à toute douleur, fatigue, faiblesse et engourdissement, car ils peuvent être le signe d’un problème ergonomique et le début d’un problème plus grave.

Limitez la fatigue oculaire

Passer une grande partie de votre journée de travail derrière un ordinateur peut causer une fatigue oculaire selon de nombreuses études. Les yeux peuvent devenir secs et irrités, et les travailleurs peuvent commencer à avoir de la difficulté à se concentrer. Les niveaux d’éclairage devraient être ajustés en fonction de la tâche de travail. Un travail manuel de détail peut par exemple nécessiter des niveaux d’éclairage plus élevés, mais le fait de regarder un écran d’ordinateur avec la luminosité au maximum n’est pas du tout conseillé. Vous pouvez réduire l’éblouissement excessif en fermant les stores des fenêtres et en atténuant l’éclairage. Positionner correctement le moniteur légèrement en dessous du niveau des yeux, en minimisant l’éblouissement de l’écran et en augmentant la taille de la police de caractères de l’ordinateur est une démarche de prévention qui peut aider à réduire la fatigue oculaire. Il est par ailleurs conseillé de faire une pause de 10 minutes pour chaque heure que vous passez à regarder un écran d’ordinateur. Pause durant laquelle vous reposerez vos yeux et vous concentrerez sur les choses à différentes distances.

Une meilleure prévention des risques professionnels passe aussi par l’amélioration de la qualité de l’air intérieur

La prévalence de la mauvaise qualité de l’air intérieur a contribué à un accroissement de l’asthme et d’autres troubles respiratoires, ainsi que de la sensibilité chimique et des allergies selon de nombreuses études. La mauvaise qualité de l’air s’explique en partie par des systèmes de ventilation inadéquats, la présence de produits chimiques de nettoyage et de pesticides, la mauvaise circulation de l’air vers les aires de travail, un mauvais entretien domestique, le surpeuplement des bureaux, la moisissure et les dégâts causés par l’eau, ainsi qu’une humidité trop élevée, ce qui entraîne souvent des environnements de travail sales. La qualité de l’air peut être grandement améliorée par un entretien, une filtration et un nettoyage appropriés du système de ventilation, de climatisation et de chauffage. Cela aidera à limiter les infections, les maladies respiratoires et les irritants.